Accueil > Conseil

La vitalisation, un mot aux facettes multiples

Le dictionnaire ne connaît pas ce mot : vitalisation. Pourtant ce terme existe bel et bien. Et nous allons même aller plus loin : c’est LE mot autour duquel gravite la mission de Vebego. La vitalisation du travail et des soins et services à la personne.

Mais de quoi s’agit-il en définitive ? Et comment la vitalisation s’incarne-t-elle dans la pratique ? Comment la rendre perceptible ?

Dans un entretien accordé par Ronald Goedmakers et Steph Feijen à propos de l’année 2016, la vitalisation s’est très rapidement avérée un concept un peu moins abstrait que ce terme pourrait le laisser penser.

Avec l’Université Érasme de Rotterdam, nous avons analysé comment nous pouvions transformer nos ambitions en un cadre mesurable et réalisable. Une solution s’est concrétisée dans le lien possible avec les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies. Les ODD 3 et 8 en particulier, précise Ronald.

L’objectif de développement durable 3 traite de la santé et le bien-être. Le numéro 8 aborde l’idée de promouvoir un travail décent et la croissance économique. Des objectifs qui recoupent notre mission, la vitalisation du travail et des soins et services à la personne.

Nous voulons faire de ces deux objectifs des objectifs mesurables concrètement pour nos entreprises. De plus, certaines entreprises cherchent à atteindre d’autres objectifs encore. Pensons par exemple à la circularité avec Returnity. C’est pourquoi nous donnons aux entreprises tout le loisir de choisir elles-mêmes, outre ces deux objectifs obligatoires, d’autres finalités à atteindre. 

Steph : En intégrant les ODD dans notre écosystème interne, d’une part, nous n’avons pas à réinventer des choses déjà connues et d’autre part, nous les transposons de manière intelligible dans notre réseau externe. C’est ce qui nous permet de faire converger le monde extérieur chez nous. 

Moins abstrait

Bien. Vitaliser. Dynamiser. Assurer la vitalité des collègues. Animer. C’est ce que nous faisons aussi auprès des clients : renouveler et améliorer les procédures. Un bon exemple de l’ODD 8 est ce que Hago Rail Services a fait l’an dernier pour la société néerlandaise des chemins de fer (NS).

En permettant au nettoyeur de travailler à bord du train pendant le trajet, sa fonction a changé, il gagne l’estime du voyageur et NS a aujourd’hui bonne presse. Un autre exemple ? Prenez Caren Zorgt, le portail de soins qui nous permet de renforcer le rôle des intervenants de proximité. 

Dans les deux cas, la clé réside dans le fait que nous œuvrions à la légitimation des personnes en améliorant leur travail et leur fonction. Faire en sorte que les choses aient plus du sens. Et ça fonctionne. Car le travail, c’est plus que simplement gagner de l’argent. Il constitue une grande partie de notre vie sociale, il donne aussi du sens aux choses. 

Travail significatif

Ronald : Et lorsque l’on décide de se focaliser d’abord sur les personnes plutôt que l’argent, ce n’est pas un luxe superflu de savoir quels sont les indicateurs du succès utilisables. C’est la raison pour laquelle nous avons développé un instrument d’analyse, d’établissement de rapports et d’informations en matière de gestion : le travail significatif

Un outil objectif, concret et surtout pratique pour prendre le concept de vitalisation à bras le corps.

Cela ne veut pas dire que la vitalisation se limite uniquement à ce facteur du milieu de travail, nous confrontons aussi la mission à notre politique de formation, à la communication et au marketing, aux investissements que demandent les entreprises ainsi qu’aux relations que nous engageons.

En outre, nous pourrions aussi voir les ODD comme une mission pour les pouvoirs publics selon Steph : Nous choisissons à cet égard de nous engager en faveur d’une forme de travail honnête. Une telle politique nous est particulièrement profitable. Mais il faut parfois faire face à la rude concurrence d’entreprises qui ont une toute autre morale. Celles qui travaillent exclusivement avec des contrats flexibles, ne font que de la sous-traitance, ne passent que par des contrats avec des auto-entrepreneurs ou collaborent avec des travailleurs issus d’autres pays par exemple. La tâche de créer des chances équitables pour tous revient aux pouvoirs publics.

Et la politique du toujours moins cher dans cette optique d’égalité des chances ne signifie pas pour autant que Vebego, dans son objectif d’atteindre les ODD ne pourrait plus non plus faire face à la concurrence des coûts. Cela signifie seulement qu’il doit toujours y avoir une contrepartie à une économie : des meilleurs outils, plus ingénieux par exemple.

Ainsi, on évite l’appauvrissement et, ce faisant, on apporte également une contribution à un club vital dans son ensemble. Des collègues débordant d’idées innovantes, enthousiastes, astucieux et (en 2017 et les années qui suivront) énergiques et en pleine forme.