Accueil > Travail

Travailler ensemble à l’insertion professionnelle durable

Chaque personne capable de travailler mais qui a tout de même besoin d’une assistance à cet égard dépend de la loi néerlandaise de participation (Participatiewet). La loi est là pour faire trouver du travail à autant de personnes que possible avec ou sans handicap professionnel. Le travail est important pour tous, mais hélas il n’y en a pas pour tous. En définitive, les Pays-Bas comptent 473 000 demandeurs d’emploi.*

Pour stimuler l’emploi, l’une des nombreuses initiatives de Vebego a consisté en la signature d’un accord avec l’organisation néerlandaise pour les demandeurs d’emploi (Uitvoeringsinstituut Werknemersverzekeringen, UWV), en janvier 2011. L’objectif de cet accord est de promouvoir la mise à disposition de postes de travail au sein de Vebego et de ses entreprises pour les personnes appartenant aux groupes cibles de l’UWV. 

Après un projet pilote mené dans la région du Limbourg et du Brabant central et oriental, l’accord a été élargi et appliqué en 2012 à l’ensemble des Pays-Bas. La particularité de cet accord est que toutes les entreprises Vebego et ses partenaires peuvent en « faire usage ».

Qu’avons-nous appris au cours des cinq dernières années de cette collaboration ?

Depuis l’introduction de cet accord, cinq années se sont écoulées et nous pouvons dire sans prétention que nous avons obtenu un vrai résultat. Pourtant, nous ressentons bien quelques inégalités. En effet, les réglementations sont différentes pour les employeurs dans chaque municipalité quant à la détermination de la capacité de gain, aux indemnités, ce qu’il faut faire en cas de maladie et par rapport à la sécurité de l’emploi. Pour les employeurs, la normalisation au niveau national leur permet de s’engager plus facilement envers ce groupe de collaborateurs potentiels.

Nous voyons aussi une forme de contrainte dans le contrat d’assurance à risque zéro. Pour ainsi dire, aucune police d’assurance à risque zéro n’est remise par l’UWV. Dès lors, les employeurs doivent supporter intégralement le risque de la loi néerlandaise sur la reprise du travail des personnes à capacité de travail partiel réduite (Werkhervatting Gedeeltelijk Arbeidsgeschikten, WGA) et de la loi Travail et Revenu (Wet Werk en Inkomen, WIA). Une police limitée de type faible risque avec petit chômage pour le compte de l’employeur et chômage de longue durée (plus de trois à six mois) pour l’UWV devrait en l’occurrence pouvoir offrir une solution.

À côté de cela, nous avons également les non-bénéficiaires d’allocations (non-allocataires). Un non-allocataire est quelqu’un qui :

  • ne perçoit pas d’allocation ;

  • ne travaille pas, ou travaille moins de 12 heures par semaine ;

  • souhaite instamment trouver un emploi ou veut travailler plus de 12 heures par semaine

Cette situation concerne généralement bon nombre de jeunes qui vont à l’école jusqu’à leurs 17 ans. Mais le problème réside dans le fait que, bien souvent, ils restent à la maison et ne perçoivent aucune forme d’allocation jusqu’à leur 27e anniversaire. Les municipalités préfèrent que ces jeunes gens restent chez eux plutôt que de les soutenir activement à trouver du travail. Cela permet d’épargner un peu d’argent à court terme, mais cette situation engendre d’importants problèmes dès lors que les municipalités veulent qu’ils décrochent un travail à leur 27e anniversaire. Dans ce cas de figure, ces jeunes n’ont rien fait pendant pas moins de dix années.

Du reste, tant l’UWV que Vebego ne peuvent eux-mêmes rien y changer. Il s’agit de décisions que le nouveau gouvernement doit prendre.

Opportunités

Heureusement, il y a aussi des opportunités à saisir. Vebego bénéficie de toute une série d’expériences positives avec des entreprises de formation par le travail, et de concert avec l’UWV, nous avons analysé s’il était possible de démarrer différentes classes dans des métiers prometteurs. Notre défi est là : développer ensemble un modèle durable qui ne dépend pas de contributions uniques. Notre ambition consiste à lier des entreprises de formation par le travail au moyen d’un nouvel accord. Car après ces cinq années de coopération, c’est non sans fierté que nous pouvons affirmer que pas moins de 1 000 personnes qui dépendaient de la loi néerlandaise sur le travail et l’assistance (Wet Werk en Bijstand, WWB), du chômage (Werkloosheidswet, WW) et des prestations au titre d’incapacité pour les jeunes handicapés (Wet arbeidsongeschiktheidsvoorziening jonggehandicapten, Wajong) ont finalement décroché un emploi. Pour vous en convaincre, jetez un œil sur les chiffres ci-dessous.

Il en ressort que ce sont surtout les jeunes et les plus de 50 ans qui semblent bien en phase avec les entreprises Vebego.

* Chiffres CBS – relatifs au chômage avec correction des variations saisonnières, février 2017