Accueil > Travail

L’économie circulaire comme activité clé

Vebego a une réputation à tenir en matière de durabilité. Ou, pour le dire dans les termes d’une de nos filiales, Vebego a plus qu’une réputation à tenir en matière de durabilité. De la Vebego Foundation et des prix, échelles et critères indispensables jusqu’aux nouvelles étoiles lancées au firmament en 2016, en passant par l’implication durable de l’être humain, de moyens et d’outils : Returnity et PMC.

Il est grand temps de faire mieux connaissance !

Au printemps 2016, Vebego serre PMC dans les bras. L’entreprise belge est active depuis plus de 20 ans déjà dans ce qu’elle désigne aujourd’hui comme « la conception et l’évolution durables des bureaux ». L’organisation met cette philosophie en pratique depuis quatre entreprises : D&C Services, Nnof, Your Mover Vandergoten et Your Mover Logistics. Toutes les quatre s’engagent dans leur domaine d’activités en faveur d’une économie davantage durable.

Didier Pierre, membre de la direction, nous explique comment ils s’y prennent et ce que PMC en particulier entend par l’adjectif « circulaire ». Un inconditionnel adepte de la Ellen MacArthur Foundation. « Cette fondation dépeint notamment ce que nous pouvons faire pour tenir les matériaux et matières premières le plus longtemps possible dans l’économie. À l’aide de quatre cercles, ou niveaux. »

Restaurer les biens (étape 1) et les réutiliser (étape 2, pensons, par exemple, à une table qui est réduite de quelques centimètres), puis les désassembler (étape 3, la banquette deviendra peut-être bien une partie d’une armoire), avant la 4e et ultime étape : le recyclage. Pour en savoir plus à ce propos, une seule adresse : https://www.ellenmacarthurfoundation.org/circular-economy

L’absurdité universelle

« En tant que prestataire de services logistiques, nous avons remarqué que pendant des déménagements et la livraison de nouvelles installations de bureaux, nous consacrions près de 20 % de notre temps à nous débarrasser du mobilier. Souvent du matériel pourtant encore en bon état. Peut-être un peu dépassé au niveau de la couleur, du design ou de sa fonctionnalité, mais de là à le jeter ? C’est absurde ! Nous avons donc décidé qu’il pouvait en être autrement. Sinon qu’il le devait. C’est dans cet état d’esprit que Nnof a vu le jour il y a six ans. »

À l’origine, Nnof est l’acronyme de Nearly New Office Facilities. Mais chez nous, on en a carrément fait un néologisme. « Celui ou celle qui pense à un réaménagement envisage de plus en plus souvent de ‘nnoffer’. ‘Nnoffer’ entend d’installer un environnement de bureaux avec, certes, des matériaux de choix et un design de qualité supérieure, à une différence près cependant par rapport à ce qui se faisait avant : les matériaux et matières premières proviennent de l’économie et non du sol. »

La quantité de CO2 qui a pu être épargnée à ce jour à travers cette philosophie s’élève à quelque 814 226 kg.

« Avec le ‘Nnof’, nous nous concentrons donc surtout sur les trois premiers cercles dont nous avons parlé plus tôt. Et avec Vebego, nous montons d’un cran, car à travers un bon entretien et un bon nettoyage, c’est naturellement la première étape d’une chaîne durable qui est enclenchée. En nous alliant à Vebego, nous couvrons déjà quelque 80 % de ce qu’il faut pour mener à bonne fin une coopération interdisciplinaire de la chaîne qui soit totalement circulaire. »

« Pour l’heure, nous n’offrons pas ces 80 % ordonnés en clusters. Tout le monde n’a pas encore cette vision-là. Mais maintenant que nous étendons notre aire de jeu aux Pays-Bas, je suis tout à fait confiant à l’idée que cette situation va rapidement évoluer. Car aux Pays-Bas, l’on est particulièrement rompu à parler d’une économie circulaire. Ajoutez à cela l’expérience dans la pratique dont nous bénéficions et la boucle est quasiment bouclée... »

Returnity boucle la boucle

Comme PMC trouve de l’enrichissement sous la forme du nettoyage, on pourrait ainsi qualifier Returnity de chaînon manquant à l’autre bout de la ligne. Cette jeune pousse qui a démarré fin 2016 consiste en une collaboration avec Van Scherpenzeel et est spécialisée dans la « circularité intelligente ».

La circularité intelligente entend des concepts, produits et services pratiques, sages et applicables directement. À partir d’une vision pragmatique quant à la manière de rendre des filières cohérentes. Objectif zéro déchets. Car les déchets, ça n’existe pas. Pour reprendre les mots du directeur Frank Dobbelsteijn : « Nous sommes sur cette planète pour faire du monde un espace exempt de déchets, telle est la mission de Returnity. »

Plus facile à dire qu’à faire ?

« Imaginez, le responsable des installations d’une entreprise est à la recherche d’une solution durable pour ses déchets. Rien que cette phrase part du principe que les déchets existent dans l’absolu. Alors que nous préférerions penser en cercles. Nous voulons faire en sorte que ce même responsable des installations et/ou ses collègues-acheteurs réfléchissent à l’avenir dès la première acquisition d’un produit. »

« Pourquoi se contenter de déchets si on peut confier la responsabilité de cette phase à un producteur ? Voire nous la confier directement. Voire en le laissant prendre les choses en main. Aujourd’hui, nous avons quantité d’exemples de donneurs d’ordres à qui nous fournissons des produits fabriqués à partir de leurs propres matériaux. Par exemple, leurs conditionnements en carton, les tasses à café ou le papier d’impression. »

Avec le message apposé sur le bac à côté de la photocopieuse : « merci, on se revoit dans quinze jours à l’imprimante ! »

« Avec pareille communication et de tels exemples dans la vie réelle, nous poussons également les utilisateurs à adopter la pensée du « zéro déchet ». Pour que cela marche véritablement. Inspirer de la sorte pour ensuite mettre en relation les bonnes parties entre elles, telle est en principe notre tâche maîtresse. Nous ne fournissons pas des produits à des clients, mais des chaînes circulaires. Et les déchets n’en font plus partie. »

L’inertie circulaire

« Grâce à la connaissance des matières premières de Van Scherpenzeel et au savoir-faire de Vebego dans le secteur facilitaire, avec par ailleurs l’appui de notre réseau, nous avons entamé un amorçage à la volée. Mais nous sommes encore limités. 2017 doit être l’année du changement à cet égard. Nous allons ainsi équiper le Returnity Club de 100 d’une application accessible pour répandre encore un peu plus la pensée circulaire. Pour faire tache d’huile. Au sens le plus figuré du terme naturellement. »